Les chiffres clés du sondage DEFI sur vos enjeux en matière de mode durable

Vous êtes plus d’une centaine à avoir répondu à notre dernier sondage dont l’objectif était de recueillir vos enjeux en matière de mode durable dans le cadre de la consultation lancée par la Commission européenne. Vos réponses ont permis de nourrir la contribution du DEFI que vous pouvez retrouver ici en version courte ou en version longue.

Il est notamment ressorti de vos réponses que la connaissance des PME des travaux européens et français en cours sur l’affichage et sur la traçabilité est très faible. Sur ces sujets, 51% d’entre vous privilégie un recours aux labels et des certifications afin d’éviter une quêted’informations laborieuse et souvent inaccessible pour une PME au-delà de son fournisseur de rang 1. La contribution du DEFI a ainsi mis l’accent sur la nécessité d’inclure les PME et de s’adapter à leurs réalités. 

Le DEFI vous remercie beaucoup de votre participation et vous dévoile ci-dessous les chiffres clés issus du sondage. L’échantillon étudié est uniquement constitué de professionnels du secteur de la mode et de l’habillement.

  • 87% des répondants sont issus du seul secteur de l’habillement
  • Plus de 70% des répondants sont des entreprises de moins de 10 salariés

Les priorités en mode durable

Par ordre décroissant (et au-dessus de 50%) :

  • Les matières responsables (biosourcés, recyclés….)
  • La limitation de la surproduction
  • La fabrication proche
  • Les conditions éthiques dans la chaîne d’approvisionnement
  • La traçabilité sur toute la chaîne

A noter que les moins de 10 salariés expriment un champ plus large de priorités (réponses au-dessus de 50%) :

  • Matières responsables (biosourcés, recyclés….)
  • Fabrication proche
  • Traçabilité sur toute la chaîne
  • Conditions éthiques d’approvisionnement
  • Conception de vêtements durables
  • Limitation de l’impact environnemental des emballages
  • Interdiction de destruction des stocks
  • Exclusion des fibres plastiques

La fabrication

  • On observe une très bonne ou bonne connaissance du rang 1 de sous-traitance (74%). Pour le rang 2 : le taux chute à 43%. Pour le rang 3 : le taux n’est pas négligeable car il s’élève à 26%. 
  • On observe également une bonne connaissance des matières. 1/5 des répondants utilisent déjà des labels. Ce taux monte à 1/4 pour les entreprises de moins de 10 salariés. 

Le calcul des impacts environnementaux

  • 37% des répondants ne connaissent pas la base Impact de l’Ademe
  • 20% des répondants pensent utiliser la base Impact de l’Ademe
  • 52% des répondants souhaitent recourir à des labels et des certifications

L’organisation de la traçabilité

  • 41% des répondants envisagent un système manuel interne (47% pour les moins de 10 salariés)
  • 14% envisagent d’utilisateur un outil de traçage hors blockchain
  • Seuls 8% comptent utiliser un outil blockchain (0% pour les moins de 10 salariés)
  • 45% ne connaissent pas les outils à disposition (49% pour les entreprises de moins de 10%)

L’affichage environnemental

  • 65% des répondants ne connaissent pas (36%) ou mal l’initiative française (respectivement pour les moins de 10 salariés 71% et 48%)
  • 76% ne connaissent pas (43%) ou mal l’initiative européenne (respectivement pour les moins de 10 salariés 84% et 54%)
  • 56% considèrent qu’il s’agit d’une opportunité pour leur entreprise (58% pour les moins de 10 salariés) 
  • 50% estiment qu’il devrait être obligatoire pour tous (59% pour les moins de 10 salariés)
  • 45% des PME expriment une préoccupation quant à la complexité et/ou un désavantage pour elles
  • 13% ont déjà mis en place un système d’affichage (17% pour les moins de 10 salariés)
  • On observe des inquiétudes à des niveaux variables, y compris dans les commentaires : un affichage complexe (28%), qui risque de pénaliser les petites et moyennes entreprises (19%), que l’on ne sait pas comment organiser efficacement  (17%), qui inquiète (9%). « Attention au greenwashing, un seul score conduit à de la désinformation. »
  • Thèmes prioritaires pour un affichage (au-dessus de 50%) :
    • Le lieu de fabrication
    • La qualité des matières
    • Le Made in France et les savoir-faire
    • Les conditions éthiques chez les sous-traitants (à 48%)
    • A noter : seuls 29% des répondants sont en faveur d’un seul index qui agrège différents éléments. 

`

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *