Échanges croisés sur le salon Made in France Première Vision Avec Clarisse Reille, Karine Leclercq-Margraff et Chantal Malingrey

Le DEFI est l’un des principaux acteurs œuvrant à la promotion et la réinvention de la fabrication française et de ses savoir-faire.  « Depuis toujours, nous finançons intégralement la Maison du Savoir-Faire et de la Création et nous aidons les fabricants à travers des subventions pour participer à des salons comme le salon Made in France Première Vision. Nous avons cette année cofinancé et permis, dans le cadre du CSF Mode et Luxe,  une campagne d’attractivité des métiers de la mode, un audit de la fabrication française et un accélérateur BPI marques-façonniers.. Pour la rentrée, le DEFI apportera une nouvelle fois sa contribution positive et pragmatique en faveur de la relocalisation grâce au Hackathon organisé durant le salon Made In France. La Maison du Savoir Faire a proposé cette initiative à Première Vision et en sera le pilote. Le Hackathon aura pour objectif d’apporter des réponses concrètes aux marques », explique Clarisse Reille, directrice générale du DEFI.

Le salon Made in France Première Vision aura lieu les 1er et 2 septembre 2020. Il sera le premier rendez-vous professionnel physique de la rentrée pour la filière mode et présentera une offre sélective de solutions textiles et matières, de techniques de fabrication et de services de production. Un moment attendu par tous.

Karine Leclercq-Margraff, dirigeante de la Maison du Savoir-Faire et de la Création, organise chaque année des projets pour mettre en valeur les  façonniers français sur ce salon incontournable. En 2019, elle a présenté les résultats d’un travail engagé par la Maison en matière de traçabilité, via une technologie blockchain, en partenariat avec la société Crystalchain. Cette année, elle en pilotera un qui rassemblera une dizaine de marques françaises souhaitant produire tout ou partie de leurs futures collections en France. Ces marques seront encadrées par des mentors sur chacune des étapes de la production. Le but est de remettre à chacune d’elle à l’issue du MIF, un livrable réaliste de relocalisation ainsi que l’identification des freins à lever. Parmi les experts qui participeront à l’opération : l’INMA-Label EPV, le CETI, l’ESIV-La Fabrique, NordCréa et Leherpeur Paris.

Un hackathon made in France à destination des entreprises pour tester concrètement la faisabilité de la relocalisation

 

 

Karine Leclercq-Margraff détaille la vision qui a présidé à la création du hackathon, « Changer demande souvent des efforts ; alors changer le process de fabrication d’une entreprise est encore plus compliqué. Mais aujourd’hui, impossible de ne pas souhaiter améliorer le système face aux tonnes de vêtements oubliés sur les cintres des boutiques, dans nos placards ou les vide-greniers. Nous avons voulu ce Hackathon Relocalisons parce que les événements de l’année ont, pour beaucoup,  renforcé cette prise de conscience, qu’il s’agisse des marques ou des consommateurs. Cette opération, c’est l’ensemble d’une filière qui, à un instant T, se mobilise et travaille ensemble pour trouver des solutions économiquement viables et pour valoriser autant la création que la fabrication. ».

Cette initiative doit contribuer à fédérer l’écosystème industriel à l’heure où le Made in France s’impose comme l’une des réponses aux enjeux de souveraineté en termes d’approvisionnement, de production écoresponsable, transparente et éthique, tout comme de préservation de l’emploi. « Plus que jamais Made In France Première Vision s’engage auprès de la filière mode française pour accompagner les choix des marques à re-fabriquer en France. Le Hackathon  veut démontrer la capacité de la filière à apporter des réponses agiles aux aspirations de relocalisation des marques », explique Chantal Malingrey, Directrice Marketing & Développement de Première Vision et Directrice de Made in France Première Vision.

Karine Leclercq-Margraff de compléter : « Nous sommes plus que des mannequins. La mode, c’est un art de vivre et un art d’être. Alors rendez-vous le 1er septembre pour aimer encore plus nos vêtements. » Et pour Clarisse Reille : « Cette opération va permettre de rentrer dans le concret de la relocalisation. Elle sera très utile non seulement pour les entreprises participantes mais aussi plus largement pour la filière. Ce Hackathon permettra de progresser sur la nature des actions à entreprendre pour faire de la relocalisation une réalité ».

Pour participer au hackathon, envoyez votre demande à Karine Leclercq Margraff : kleclercqmargraff@lamodefrancaise.org

2 responses to “Échanges croisés sur le salon Made in France Première Vision Avec Clarisse Reille, Karine Leclercq-Margraff et Chantal Malingrey

  1. Bonjour, je suis un startup qui souhaite a fabriquer en France, avez vous quelque chose aussi pour nous? Les étapes à suivre etc? Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *