Inventer tous ensemble le monde d’après : le témoignage d’Axel Dauchez, Président de Make.org

Face à la crise du Covid-19, la Croix-Rouge française et WWF France se sont associés à la plateforme en ligne Make.org et au Groupe SOS, en partenariat avec Unis-Cité, pour lancer le 10 avril dernier une consultation citoyenne massive. Des millions de Françaises et de Français étaient invités à faire des propositions pour répondre à la question « Comment inventer tous ensemble le monde d’après ? ». 

« La crise inédite à laquelle nous faisons face pourrait être un nouveau signal de lurgence à changer nos modèles de société. Cest en partant de ce constat, et parce que des décisions structurantes pour notre avenir commun sont déjà en discussion, que nous vous invitons à répondre à cette question cruciale » peut-on lire sur la page de la consultation. 

Nous avons eu l’opportunité d’interviewer Axel Dauchez, Président de Make.org. Ils nous a parlé de la genèse de la consultation mais également des premières tendances qui en ressortent. 

Selon Axel Dauchez, le lancement de la consultation répond à un double impératif : 

  • celui d’offrir un espace d’expression à un moment où ils les Français ressentent plus que jamais le besoin de participer et de reprendre la main sur la définition de leurs modes de vie
  • celui de trouver des solutions concrètes pour répondre aux défis du monde d’après 

Enregistrant un taux de participation inédit, la consultation entre cette semaine dans sa seconde de phase, celle du vote. Make.org en a profité pour sortir un rapport intermédiaire qui met en lumière cinq thèmes particulièrement présents dans les propositions des participants : la protection de l’environnement, l’agriculture, les transports, l’emploi et la santé. « Ce rapport est une photo à date des propositions déposées. La phase de vote nous permettra de déterminer les propositions qui ont consensus et celles qui font controverse », indique Axel Dauchez. 

A ce jour, le sujet le plus cité est la protection de lenvironnement (22% des propositions) : la protection de la biodiversité et des espaces naturels, la végétalisation de villes, la sensibilisation des plus jeunes, ou encore la fiscalité verte. 

Le deuxième thème le plus fréquemment abordé est l’agriculture et lalimentation (17% des propositions) : une agriculture plus raisonnée, la limitation de la pêche et de l’élevage intensifs et la production locale. 

Les transports et la mobilité représentent 10% des propositions. Celles-ci concernent le développement des transports en commun, des pistes cyclables et l’augmentation du parc de véhicules électriques, parallèlement à la réduction de la place de la voiture en ville et à la limitation des déplacements en avion.

Sur lemploi et les salaires (9% des propositions), plusieurs idées reviennent fréquemment : la pérennisation du télétravail, la relocalisation de certaines filières sur le territoire national pour créer de l’emploi, une meilleure rémunération des métiers considérés comme essentiels” (santé, éducation, aide aux personnes âgées…) et l’instauration d’un revenu universel. 

Des idées que l’on retrouve dans les propositions traitant de la santé (6%) : la relocalisation des productions médicales, la revalorisation des salaires des soignants, la priorisation des investissements dans la protection du système de santé. 

Pour mettre en oeuvre leurs propositions, les participants privilégient un mode daction incitatif ((57%) et en appellent particulièrement aux pouvoirs publics (56%). Le changement des comportements individuels (14% des propositions) et le rôle des entreprises (12% des propositions) sont également évoqués, respectivement pour l’adoption de gestes éco-responsables et pour l’évolution des modes de production et des pratiques managériales (télétravail). 

Pour voter sur ces propositions (jusqu’au 25 mai), rendez-vous ici : https://make.org/FR-fr/consultation/le-monde-dapres/selection

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This