Location de vêtements : où en est-on ?

Photo : Unsplash.

Ces dernières années, de nombreux services de location de vêtements ont émergé. Le plus connu, Rent the Runway, lancé en 2009 aux Etats-Unis, a été valorisé à plus de 1 milliard de dollars suite à sa dernière levée de fonds en début d’année. Ce nouvel usage, qui a pris son envol de l’autre côté de l’Atlantique, peine pour autant à s’installer dans l’Hexagone.

En témoigne la fermeture de sa version française L’Habibliothèque en fin d’année dernière. Plusieurs raisons sont évoquées, dont celle (partagée par beaucoup de startups françaises) de la difficulté de lever des fonds à la hauteur des startups anglo-saxones.

« En France, la location de vêtements est encore un marché de niche où pour durer dans le temps, il faut de l’argent afin de pouvoir acquérir du stock. Nous gagnions 40 abonnées par semaine et en perdions tout autant parce que nous n’avions pas suffisamment de stocks », expliquait Anahi Nguyen à FashionNetwork.com, cofondatrice du concept, « Les anciens concurrents de L’Habibliothèque font, comme nous le faisions, de petits chiffres d’affaires. Aux Etats-Unis, Rent the Runway a annoncé cette année avoir atteint la rentabilité. Mais l’entreprise date de 2009 et a levé 200 millions de dollars pour y arriver… » poursuit celle dont la start-up a réussi à réunir 600 000 euros au fil des ans auprès de différents business angels.

Demeurent sur le segment français Le Closet, Panoply, Les Cachotières, Sac de Luxe pour les accessoires, Chic by Choice, ou encore Une Robe un soir, qui a racheté à L’Habibliothèque ses stocks ainsi que sa communauté pour lancer « Le Gang« .

C’est désormais du côté des marques que le marché bouge : l’an dernier, Kering annonçait tester un programme par abonnement en interne, Urban Outfitters a lancé son service « Nuuly » cet été, l’enseigne Bloomingdale’s a de son côté lancé ce mois-ci son service « My List« . La dernière en date à avoir annoncé se positionner sur le segment, Banana Republic, enseigne du groupe Gap, lance « Style Passport« , un service au tarif fixe de 85 dollars, comprenant la livraison prioritaire, les échanges illimités et le pressing – les clientes auront en outre le choix d’acquérir les pièces qu’elles préfèrent.

IN BRIEF

Malgré la difficulté du segment de location de vêtements à s’installer en France, de nombreuses initiatives émergent outre Atlantique, avec d’une part des pure players tels que Rent the Runway, et d’autre part les marques et enseignes testant ce nouvel usage, permettant entre autres d’installer une consommation de vêtements plus durable et respectueuse de la planète.

Cet article a été rédigé par Futur404, dans le cadre du soutien à l’innovation & aux entreprises de la mode du DEFI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This