Responsabilité et digitalisation au coeur de Texprocess 2019

A l’occasion de sa classe du futur dédiée à la mode à la demande, le DEFI revient sur le salon Texprocess 2019 où responsabilité et digitalisation (plus particulièrement personnalisation et automatisation) constituaient le thème principal de cette Xe édition du 14 au 17 mai derniers. Pour présenter ces grandes tendances, le salon a souhaité créer plusieurs points d’intérêt avec des micro-factories, des entreprises identifiées comme « durables », et des espaces dédiés à ses prix de l’innovation.

Photo : texprocess messe frankfurt

Les entreprises durables

Les initiatives durables des exposants étaient à l’honneur, identifiées dans un livret distribué aux visiteurs : parmi elles, essentiellement des entreprises produisant à partir de matières recyclées, recyclables, biosourcées, biodégradables, ou encore en économie circulaire.

Les micro-factories  

5 micro-factories étaient présentes sur le salon Texprocess. Parmi elles, quatre pouvaient intéresser directement le secteur de l’habillement : la micro-factory dédiée à la digitalisation de la production textile, la micro-factory dédiée au textile intelligent, la micro-factory dédiée à la mode digitale (customisation) et la micro factory dédiée à l’impression numérique sur mesure. Nous nous pencherons ici sur les deux premières car elles représentaient des chaînes intégrales.

La micro factory textile rassemblait trois chaines intégrales dont l’une était consacrée à la mode et représentait 4 étapes (design 3D – CAO, impression, coupe et assemblage) d’une production digitalisée. Les partenaires de cette ligne de production représentés à chaque étape étaient : Assyst (CA0 et design 3D), VuFrame (simulation des vêtements en réalité augmentée et réalité virtuelle), Caddon (management de la couleur), Ergosoft (traitement d’image), Mimaki (impression numérique), Multi-plot (sublimation), Zünd (coupe) et Juki (assemblage).

La micro factory smart textile présentait la production d’un oreiller « intelligent », du design au produit fini. Muni de LEDs et de capteurs, l’oreiller peut communiquer avec un autre oreiller à l’aide d’un système de cloud.  Les partenaires impliqués à chaque étape étaient : l’Institut de technologie textile (ITA) de l’Université RWTH d’Aachen (coordination du projet), Gerber (coupe), l’Institut coréen de technologie industrielle KITECH (électronique), Vetron Typical (couture), Wear it (concept) et ZSK Stickmaschinen (broderie).

Les prix de l’innovation

Les prix de l’innovation Texprocess récompensaient des projets dans deux catégories : nouveau procédé et nouvelle technologie.

Nouveau procédé

Les lauréats de la catégorie « nouveau procédé » ont alors été  « 3D innovation process, digitalization live » d’Assyst  et « Fashion on Demand » de Lectra. L’innovation d’Assyst concerne la visualisation en 3D de vêtements, de la conception jusqu’au point de vente en passant par le développement produit.  L’offre fashion on demand automatise, quant à elle, la production à la demande, depuis la réception de la commande et la définition des options de personnalisation jusqu’au patronage et à la coupe.

Nouvelle technologie 

Le M-Type Delta de Durkopp Adler (une machine à coudre dotée d’une assistance qui s’intègre dans une chaine totalement numérisée)  et le Vetron Viper de Vetron Typical Europe (un robot permettant de coudre sur des objets 3D) ont eux été récompensés dans la catégorie « nouvelle technologie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This